Le musée Alexandre Dumas à Villers-Cotterets

 

 

17 octobre 2008

En balade à Villers-Cotterêts : le musée Alexandre Dumas

Une belle maison dans une cour, 24 rue Desmoutier.

C'est petit, mais précisément, on a le temps de tout voir et de retenir
quelque chose. Tableaux représentant successivement les trois Dumas,  Alexandre dans ses périples, des écrits, des bustes et des commentaires  suffisants pour le néophyte qui ressortira avec l'envie de lire ou relire  les aventures romanesques du grand Alexandre Dumas. Un dernier salut à sa photo le représentant déjà âgé, toujours aussi rond,  frisé et basané, avec son œil malicieux dans lequel transparait ce caractère  affirmé que l'on retrouve dans les trois générations.
Un objet intéressant à rapporter : un jeu de 7 familles qui documente bien et simplement sur les Dumas et le XIXème siècle.

Quelque chose d'Obama
Connaissez-vous les 3 Dumas ? on dit souvent Dumas père (Alexandre) et fils, mais n'oublions pas le grand-père (le père d'Alexandre) qui devint général grâce à Napoléon Bonaparte, lui qui était fils d'une esclave haïtienne !
D'où le métissage très visible d'Alexandre, un métis dans le "Monde", ce n'était pas courant pour l'époque.

Alexandre le bienheureux
Le plus célèbre des Dumas, ne cherchez pas sa tombe à Villers-Cotterêts, son  corps a été "panthéonisé"(en 2002), après quelques vicissitudes puisque  décédé près de Dieppe pendant la guerre de 1870, il ne put être enterré tout  de suite dans sa ville natale.
L'auteur des Trois Mousquetaires a écumé l'Europe et l'Afrique du nord, fit construire un théâtre, fut en faillite et dû s'exiler comme son ami Victor  Hugo. Comme lui, il s'engage en politique, et entretient notamment une correspondance avec un autre écrivain engagé : George Sand.

Cent pour cent
On gardera de lui l'image d'un homme prolifique qui ne sait rien faire dans  la demi-mesure, il a écrit 300 romans, relevé des centaines de recettes de cuisine et... revendique lui-même des centaines d'enfants !

Et Dumas fils dans tout cela ?
L'auteur de la Dame aux Camélias (qui devint à l'Opéra, la Traviatta) n'avait évidemment pas l'envergure de son père et s'opposait à lui par son  sens appuyé des vertus morales. Il fut un donneur de leçons un peu agaçant  (encore plus sous notre regard d'aujourd'hui), ce qui le conduisit à être  caricaturé -comme on s'y attend- pour des raisons inverses à celles de son jouisseur de père. Voyez que les chiens font parfois des chats !


Claude David
Crédits photos : Claude David

Musée ouvert tous les jours de 14 h à 17 h sauf mardi et dernier dimanche du mois, jours fériés et vacances de Noël
www.mairie-villierscotterets.fr

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau