On demande à voir !

image-3.jpg4 janvier 2013
Sud de l'Aisne

Comment baisser la production de déchets et favoriser le tri ?
En mettant en place une redevance incitative. Les lois Grenelle 1 et 2 ont plébiscité l’instauration de part variable dans le paiement des services de collecte (taxe et redevance) et les collectivités sont encouragées à la mettre en place. Les communes et leurs EPCI peuvent instituer une part incitative assise sur la quantité exprimée en volume, en poids ou en nombre d’enlèvements des déchets produits. Plus on trie, moins on paye ! Ca, c’est la théorie. J’utilise un composteur acheté à ma communauté de communes. Je peux dire que depuis sa mise en service,  le poids de mes ordures résiduelles a diminué. Et pourtant, le montant de la TEOM (Taxe Enlèvement Ordures Ménagères) ne cesse d’augmenter. Certes le taux est stable -merci la 4CB- mais la base augmente chaque année ! Revenons à la redevance incitative.

 Les collectivités utilisent quatre types de mesures :
-         le comptage du nombre de fois où le bac à ordures résiduelles est collecté,
-         la pesée du bac lors de sa collecte,
-         le volume du bac : plus l’usager choisit un bac petit, moins il paie,
-         le sac payant : les ordures sont collectées dans des sacs achetés auprès de la collectivité.
Certaines communes font un mix de ces mesures. Exemple : bac individuel d’ordures résiduelles  à puce enlevé 18 fois par an  pour le village et plateformes recevant des containers à puce dans les hameaux. Si vous sortez plus de 18 fois votre bac vous payez plus, si vous le sortez moins, vous payez moins. Dans les hameaux, vous déposez votre sac de 35l acheté à la mairie dans le container dont l’ouverture se fait grâce à votre carte à puce perso. Vous êtes facturé au nombre d’ouvertures du container.
La 4CB (Communauté de Communes du Canton de Condé en Brie) envisagerait-elle la mise en place de la redevance incitative très prochainement ? C’est la question que l’on peut se poser en lisant le journal du village de Baulne en Brie. En effet, dans l’édition annuelle de décembre, le maire du bourg Bruno Lahouati, également vice-président de la Commission Environnement de l’EPCI, évoque "un aménagement de plateformes pour les containers ordures ménagères dans les hameaux en lien avec la redevance incitative, qui devrait s’appliquer prochainement sur le territoire de la 4CB. Des réunions publiques d’information seront organisées".
Ca va faire du ramdam dans les chaumières ! Devrons-nous acheter notre bac ? Fermera-t-il à clef ? Quel sera le type de mesure ? Le comptage du nombre de fois où le bac est collecté ? Bonjour les p’tites odeurs en cas de fortes chaleurs ! A-t-on pensé aux dépôts sauvages ? Ce n’est pas encore gagné pour la candidature des Paysages de Champagne au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Alors, voir des ordures ménagères disséminées ici et là dans les fossés, à l’entrée des bois… 
Les vœux du Président Eric Mangin, le patron de la 4CB, et de son staff auront lieu mercredi 9 janvier 2013 à 19h00, salle intercommunale à Condé en Brie. Nous serons attentifs à son discours !
Dominique Bré

Commentaires (1)

1. Bio 27/04/2013

Charly sur Marne
Aux ordures le projet de la mise en place de la redevance incitative !
TEOM : Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères

Encore un beau miroir aux alouettes !
L’écologie : oui mais au détriment de qui ?
Nos chers écologistes, nos bien-pensants n’ont rien trouvé de mieux que de nous créer un dispositif onéreux ayant des répercussions sur le budget des ménages, et ce, avec un calcul bien savant dont eux seuls ont le secret.
Qui va encore payer ces fameuses puces électroniques ?
Cette taxe sera composée d’une part fixe (nombre de levées non défini à ce jour) et d’une part variable (levée supplémentaire).
Evidemment qu’il faut réduire nos déchets, ne détruisons pas la planète prêtée par nos enfants !
Mais pourquoi nos foyers devraient-ils encore une fois de plus être ponctionnés par la vénalité de nos chers industriels ?
Pourquoi trouve-t-on encore des contenants trois fois plus volumineux que leur contenu ?
A qui ce nouvel Eldorado va-t-il encore profiter ?
Et pourquoi prélever un montant bien supérieur sur la tonne de carton (tri sélectif) alors que celui-ci coûte bien moins cher de nos jours ?
La logique du pollueur/payeur peut sembler censée, mais pour une réalité plus cohérente pourquoi ne pas prendre le mal par la racine en pratiquant une logique de prévention fondée sur la réduction des déchets à la source ?
Nos boîtes aux lettres dégueulent de prospectus, nos hypermarchés nous vendent bien plus d’emballage, de packaging et de conditionnement que du produit en lui-même !
Mais évidemment le fait de se soucier véritablement du problème en amont ne rapportera rien à nos chers technocrates !
Alors ils préfèrent s’en mettre plein les poches en prétextant se soucier de notre planète !
Nous sommes bien loin des philanthropes qu’ils proclament être !
A quand une vraie réflexion ?
BIO

Ajouter un commentaire