Réseau Ferré de France fait tourner le TFBCO* en bourrique!

11 avril 2010
Montmirail(51)
(*
TFBCO : Association tourisme ferroviaire de la Brie Champenoise à l'Omois)
Il y a de quoi attraper le tournis !
Assemblée générale du TFBCO à Montmirail (51)Depuis 2008, Réseau Ferré de France (RFF) propriétaire de la ligne Mézy-Moulins/ Montmirail, donne des estimations de travaux  de réfection, à géométrie variable et fait tourner en bourrique le TFBCO l'association qui se bat depuis moult années pour y faireAssemblée générale du TFBCO à Montmirail (51) rouler son Picasso et  développer un parcours touristique.

 Et pourtant, il y a deux ans, le président Yves Coquel annonçait lors de l'assemblée générale l'imminence de l'ouverture de la ligne dans l'allégresse générale.
C'était sans compter sur les volte- face de RFF!
Au départ du projet (2006): une estimation de 120 000 euros partagée à égalité entre et la SNCF.
Estimation remise alors en cause par RFF qui annonce en 2008 dans la stupeur générale (tenez vous bien !)... 10,6 millions d'euros de travaux  !.

Explication: les montants avaient été sous estimés ( !?). Consternation au sein de l'association qui se tourne alors vers 
les élus. Lesquels initient des actions. Tout le monde*(voir liste en fin d'article) se retrouve dans les bureaux de RFF pour en débattre.
L'espoir renait. Pas pour lo
Assemblée générale du TFBCO à Montmirail (51)ngtemps. RFF donne  début 2009 alors trois estimations qui s'échelonnent entre 1 60M€ et 2.27M€ ! (le montant retenu à ce jour étant de 1.72M€) ,annonce sa participation financière à hauteur seulement de 200 000€ - oui - et, dans la foulée, alors qu'il est propriétaire de la ligne, sollicite l'aide financière de l'Etat.
Ou trouver les centaines de milliers d'euros manquants ? Certainement pas sous une traverse de chemin de fer !
Pour couronner le tout, le représentant de l'Etat (M Huneau sous directeur de la sécurité des transports ferroviaires et collectifs au ministère des transports), auprès duquel l'association pensait bien avoir trouvé un appui de poids, ne défend que mollement le projet.
Que faire alors ? « Se remobiliser et faire monter les politiques au créneau ! » clame Yves Coquel lors de l'assemblée générale qui s'est tenue récemment à Montmirail (Marne) :

Histoire d'une valse à trois temps

En 2006 Coût estimé lors de la signature de la convention
120 000€ répartis à égalité (association et SNCF)

En 2008 L'estimation monte à 10,2 millions d'€uros
En 2009  Après intervention des élus :
Estimations entre 1.60M€ et 2.27M €. .RFF ne participe qu'à hauteur 200 000 €, sollicite des aides de l'Etat et  demande aux utilisateurs (industriels, TFBCO) et aux collectivités de prendre le reste à charge..
B.L

Il explique : "Dans  un contexte économique difficile et avec les enjeux écologiques, les régions devraient prendre en compte que la remise en état d'une ligne de chemin de fer est indispensable pour la région, car au-delà du projet de train touristique, c'est sa  sauvegarde dont il est aujourd'hui question. Les travaux  sont indispensables pour pérenniser la desserte FRET actuelle du silo agricole d'Artonges et permettre la réouverture du secteur de ligne Artonges-Montmirail pour la desserte FRET des ateliers CFD Industrie de Montmirail "

  Réactions des bénévoles Le hic c'est que personne n'a l'air de s'impliquer vraiment et la mixité de la région traversée par la ligne, étalée sur deux territoires (Aisne et Marne) n'arrange pas les choses « les Elus de l'Aisne et de la Marne ont du mal à se rencontrer ! » regrette Yves Coquel. Poursuivant « Régis Elbez sous préfet de Château-Thierry a proposé l'organisation d'une rencontre avec l'ensemble des collectivités territoriales (Aisne et Marne) » Une réunion porteuse d'espoir pour les bénévoles qui se sentent lâchés par la Région Picarde « Ils sont en train de faire leur deuil du Sud de l'Aisne » et par l'UCCSA (union des communautés de communes du Sud de l'Aisne) « Qui a d'autres priorités »

Pour autant plus que jamais déterminée, l'association prévoit  plusieurs projets : Eventuellement le rachat de la ligne, l'installation d'un parcours « vélos du rail » et l'acquisition de la gare de Montmirail.
Le verra t on un jour le petit train parcourir gaiment notre belle campagne ? Ils y croient dur comme fer !
Nous aussi....

Brigitte Letellier
Crédits photos : Brigitte Letellier

* Isabelle Vasseur député de l'Aisne, Michèle Fuselier vice présidente du Conseil Régional de Picardie, Bernard Doucet vice président du conseil général général de la Marne, Eric Mangin Conseiller général du canton de Condé en Brie, Karel Geeraerts, maire de Bergères sous Montmirail, les industriels utilisateurs de la ligne : Etablissements Soufflet, et CFD industrie groupe VFU, Denis Huneau représentant de l'Etat, Jean-Louis Rohou secrétaire général de RFF

Commentaires (1)

1. Philippe 03/04/2012

Pourvu que ça roule quand même !!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau