Deux églises art déco dans l'Aisne !

 

 

31 Mai 2008

Deux églises  Art-Déco dans l'Aisne !
 
Eglise de Martigny - carrelageL'Art Déco, mouvement artistique des années folles (autour de 1920-1930) et qui fit suite à l'Art Nouveau, on a le plus souvent l'occasion de l'admirer en ville, moins souvent en pleine campagne dans l'architecture et la décoration d'églises.
Deux églises, très différentes l'une de l'autre, répondent à ce style innovant de l'après-guerre.
Dire que l'on doit ces bâtisses aux destructions de la grande guerre, c'est malheureusement mais rigoureusement vrai.
plus de 300 églises ont été détruites ou très gravement ruinées dans notre département en 14-18. Un ministère a même dû être dévolu aux réparations et reconstructions nécessaires, relayé par -entre autre- la coopérative diocésaine de Soissons qui a dépensé 165 millions de francs d'alors.
On aime ou pas le style Art déco qui a son époque fut très controversé mais on ne peut nier l'esprit novateur et inventif qui a présidé à ses réalisations.
Les églises du XIXème siècle ont souvent manqué de cette originalité, se contentant de copier le passé avec leurs styles néo-roman, néo-gothique, néo-classique...
Paradoxalement, l'Art Nouveau appliqué à l'architecture religieuse, en s'éloignant de la copie des chefs-d'œuvres du Moyen-âge s'est rapproché par bien des côtés de l'esprit médiéval. Quelques exemples : la simplicité du plan des édifices, la recherche de la verticalité pour l'esprit, l'utilisation de la mosaïque, de la fresque à la détrempe pour la technique, etc... Il est certain que les artistes étaient imprégnés de l'Age d'Or du Moyen-âge.

L'Abbatiale de Mont-Notre-Dame

(entre Fismes et Braine)

(document téléchargeable)

MOnt Note DameSituée sur une colline arborée, dite "Mont Haut", qui domine le village deMont Notre Dame Mont-Notre-Dame dont le maire fut le prince Poniatowsky, ancien ministre, on est surpris par la taille impressionnante de l'édifice : et pourtant, on prétend que la nouvelle église entrerait entièrement dans le volume de l'ancienne !
Ancienne église, dont une partie des vestiges subsistent à l'intérieur et à l'extérieur de la nouvelle. L'église d'origine, bâtie au XIIIème siècle, fut détruite le 3 août 1918 par l'armée allemande et remplacée par la nouvelle en 1933. Le Kaiser aurait dit quelques jours avant sa destruction : "Si cette église s'était trouvée en Allemagne, je l'aurais fait restaurer"...
Les espaces et les volumes sont très importants et donnent une impression de pureté renforcée par une lumière omniprésente. Ce qui fait qu'on n'est pas très éloigné au premier coup d'œil du style contemporain d'églises modernes de la fin du siècle dernier, là où la géométrie a pris tous ses droits, cercles, triangles (=trilogie), formes élancées de la statuaire.On retrouve ces éléments à l'extérieur, avec une apparence plus chaotique. La flèche domine à 70 m.
Architectes : Grange et Bourquin.
Pour visiter, demander à Mme Bréhaux au n°9 face à l'église (sapins), elle vous ouvrira la porte. 

St Martin de Martigny-Courpierre

Document téléchargeable

St Martin de Martigny - Courpierre Plus petite, l'église de Martin-Courpierre, qui remplace une église
Saint Martin de Martigny-Courpierrementionnée pour la première fois en 1162, fut construite de 1929 à 1931 par Albert Paul Muller, vosgien né en 1889, mort à Laon en 1965 et à qui on doit également de belles maisons du quartier de la gare de la capitale axonnaise.
A Martigny, la taille de l'édifice décuple la décoration en la rapprochant du visiteur. Les couleurs sont beaucoup plus vives et le pari esthétique plus osé.sont très fortement colorés, les couleurs primaires dominent, encadrées par de larges plats de noirs. On les doit à trois artistes dirigés par Louis Barillet.Beaucoup de bas-reliefs, de fresques (chemin de croix), de mosaïques, auxquels répondent le carrelage.
le matériau de base est le béton qui est parfois sculpté dans le mortier en durcissement (entre la 12ème et la 24ème heure de prise), ce béton qui connaît maintenant des problèmes de vieillissement.
Il est dommage d'ailleurs que l'église soit ouverte aux quatre vents, les oiseaux nichent dans l'édifice, quelques vitraux sont cassés et malheureusement l'entretien laisse à désirer.
Vous découvrirez cette église étonnante à Martigny-Courpierre, petite localité près de la base nautique de l'Ailette, sous Laon.

Claude David
Crédits photos : Claude David

Ajouter un commentaire