Crézancy : Hommage au Maître de Poste Filliette

15 février 2015

 

C’est Louis XI qui institua dans le royaume et tout d’abord sur les routes militaires de Bourgogne, de Picardie et de Guyenne, un service de relais assurant la fourniture de chevaux, seul moyen de transport rapide à l’époque. Le premier réseau de Poste français était né. Les chevaucheurs de l’écurie royale utilisaient ces relais dits de la Poste aux chevaux pour échanger leur monture fourbue contre un cheval frais. Le transport de la correspondance officielle du souverain était ainsi assuré. Ces relais étaient dirigés par des Maîtres de Poste.
Sous le Premier Empire, ces derniers étaient des personnages importants, relativement aisés, remplissant une fonction économique voire politique. Les Maîtres de Poste étaient les yeux et l’oreille du comte de Lavalette, alors directeur général des Postes. Notre région fut au centre des combats de la Campagne de France opposant Napoléon 1er à l’Europe entière et plus particulièrement chez nous aux Prussiens et Russes de l’armée de Silésie. Tant dans l’Aisne que dans la Marne ou en Seine et Marne, les relais de Poste, vastes fermes et propriétés avec chevaux et fourrages étaient des objectifs de choix pour les coalisés.
Le 23 février 1814, vers deux heures de l’après-midi, 200 Cosaques se portent aux villages de Paroy et Crézancy. Ceux-ci mettent le feu à la maison de M. Filliette, Maître de Poste, ainsi qu’à ses granges et écuries. Son épouse, alitée depuis trois jours à la suite d’un accouchement, voit les Cosaques mettre le feu sous son lit !  Elle se sauve en chemise dans un village voisin mais périra à la suite des violences subies. Son mari est quant à lui emmené par les agresseurs dans un petit bois, puis frappé à coups de sabre et enfin laissé pour mort. Revenu à lui, M. Filliette se traîne comme il peut jusqu’à Fossoy où il reçoit des soins d’un médecin. Il aura la vie sauve.
Les Gardes d’Honneur cantonnés à Château-Thierry se dirigent au galop jusqu’aux villages de Paroy et Crézancy en flammes et chassent l’ennemi. Devant de telles atrocités, un grand nombre de familles quittèrent la contrée en emportant ce qu’elles avaient de plus précieux.

Ce samedi 14 février 2015, en procédant à l’inauguration d’un pupitre du Souvenir, l’Association du Patrimoine Napoléonien et sa délégation de l’Aisne et de la Marne ont voulu rappeler que pendant cette héroïque et douloureuse Campagne de France, les civils, en plus des militaires, ont souffert des malheurs de la guerre. Ce pupitre commémoratif inauguré en présence d’Eric Mangin maire de Crézancy et Conseiller général de l’Aisne, du Président des Amis du Patrimoine Napoléonien et d’une descendante de M. Filliette est situé au carrefour des routes départementales D1003 et D4,  sur le terre-plein face au lycée agricole et viticole. 
Après la commémoration, la troupe en uniforme d’époque précédée du maître de cérémonie Michel Delgado s’est dirigée vers la salle des fêtes où une exposition richement documentée présentait La Poste aux chevaux et les communications sous le Premier Empire. Le verre de l'amitié a ensuite clôturé cette belle matinée napoléonienne.
Dominique Bré
crédits photos : Dominique Bréé

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau