Ça roule !

20 juillet 2012

Les coureurs cyclistes des équipes françaises ont le vent favorable. Ils n’étaient pas à la fête ces dernières années faces aux formations étrangères survitaminées. Certes, on ne fait pas le Tour de France en buvant de l’eau et en mangeant des pâtes de fruits. Mais la lutte anti-dopage est tellement pointue sur la Grande Boucle que les grosses équipes espagnoles, belges, italiennes ou encore hollandaises, mettent désormais la pédale douce. D’où un nivellement des valeurs qui profite à nos p’tits français. A défaut de gagner sur les Champs Élysées après 3 semaines de course, ils peuvent au moins piquer la vedette aux grosses pointures.
Dominique Bré

 

Ajouter un commentaire