Chrysalide de Camille Arman

Un jeune auteur à découvrir : Camille Arman pour son roman « Chrysalide »

Camille Arman-1-55.jpg15 octobre 2012

Camille Arman habite dans le petit village de Chaton près de Vendrest,  à deux pas de Montreuil-aux-Lions. Elle vient de terminer son troisième roman : « Chrysalide » publié aux Editions Carrefour-du-Net à Domptin. Voilà une écrivaine du coin, qui publie dans notre bas de l’Aisne. Elle n’est pas dans les grands circuits de distribution et pourtant… Qui croit encore que les maisons d’Edition qui ont pignon sur rue publient les écrits des inconnus, sans recommandations ? Sans « piston » ? Et pourtant le talent est là. Il faut découvrir les jeunes auteurs, ils en valent souvent la peine. Ce n’est pas rien d’écrire un livre, un bon livre, cela demande souvent des années de réflexion, de remise en question, de prise de risque aussi…  Pour Camille, l’écriture, c’est sa vie.
chrysalide-premiere-de-couverture.jpgLa déchirure
Et c’est une écrivaine écorchée vive. Son texte  exprime comme la « première gorgée de bière » de Philippe Delerm, un monde de sensations, ou les odeurs, les saveurs, les couleurs, ne sont pas là que pour faire joli dans le décor. Car soudain, au détour d’une phrase, la déchirure apparaît et nous glace. Il y a dans ce que j’ai lu d’elle, une empathie pour les êtres en mal d’exister, mais l’on sent que ces êtres ne sont que l’image dans le miroir qu’ils nous tendent le plus souvent malgré eux. La difficulté de communiquer, le lien mère-fille fait d’un étrange mélange passionnel, la révolte face à un monde égoïste qui n’a pas aimé ou en tout cas maladroitement : voilà l’une des obsessions de notre auteur.
Ecrire pour se délivrer
Elle a tenté pour sa part de rattraper le coup, en faisant sans doute aux autres le contraire de ce  qu’on lui a fait, ou plutôt de ce qu’on ne lui a pas fait. Elle dit que l’école l’a sauvée puisqu’enfin on l’a considérée comme un être vivant, on s’est intéressé à elle. Et maintenant, elle tâche de rendre la pareille, par l’exemple, en toute modestie. Très vite est venu le goût de l’écriture : écrire pour se délivrer, écrire pour hurler, pleurer, secouer le prunier. Ecrire pour être entendue aussi car elle attend la réponse des lecteurs : m’avez-vous comprise ? Etes-vous comme moi ?

Son dernier livre, « Chrysalide » vous le trouverez sur :

www.carrefour-du-net.com/boutique

Vous pourrez vous procurer ses deux précédents ouvrages : « Mama mia » et « Un lycée côté jardin » en contactant directement l’auteur : camille.arman@gmail.com.

Claude David

Ajouter un commentaire