Manifestation contre une fermeture de classe

14 février 2012
Jaulgonne
img-0791.jpg

Malgré un froid polaire (-10°) le collectif "Combat pour l'école"  composé de parents d'élèves opposés au  projet de fermeture d'une classe du groupement scolaire de Jaulgonne*, s'était regroupé jeudi dernier,  sur la place du village pour accueillir l'inspecteur d'académie reçu en mairie par les édiles des villages concernés !
Pour les appuyer des villageois, des syndicalistes, et la plupart des commerçants du bourg , lesquels avaient tiré le rideau de leurs boutiques durant deux heures en signe de soutien  ! Tout ce beau monde attendait de pied ferme avec  banderoles, pancartes…et une grande motivation.
Pendant que quelques uns (unes) scandaient des slogans de protestation, à l'intérieur,  les maires étaient en discussion serrées avec Yannick Deville, inspecteur de l'éducation nationale.

 

En effet, ici,  tout le monde rejette en bloc cette décision unilatérale de fermer une classe comme l'explique une représentante du collectif  : En 2013 il y aura de nouvelles inscriptions dans les écoles d'après un comptage effectué au sein des villages. Et la classe fermée…devra être ouverte à nouveau !  Par ailleurs 37 constructions de maisons à Courtemont-Varennes cette même année devraient amener un afflux de têtes blondes sur les bancs de l'école. Et surtout  le collectif refuse  catégoriquement la création de classes surchargées à plusieurs niveaux. En fin de matinée l'inspecteur a reçu une délégation qui est ressortie  quelques minutes plus tard avec l'assurance que leurs doléances seraient remontéess à l'Inspection. Ne reste plus qu'à attendre la suite. Mais tout le monde ici reste mobilisé et attentif ! "Un village sans enfants est un village mort" rappelle un slogan sur les vitrine des magasins... ce dont personne ne veut ici !
Brigitte Letellier
Crédits photos : Brigitte Letellier & Jean-Paul Veillard
* Villages du regroupement : Jaulgonne, Chartèves, Barzy-sur-Marne, Courtemont-Varennes, Passy-sur-Marne, , Reuilly-Sauvigny .
Une pétition dotée de 480 signatures circule encore dans les villages.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau