Le business de l'immigration

25 avril 2015

Le patron de cet hôtel italien se morfondait quelque peu. Avec la crise, le taux de remplissage de son établissement était loin de battre des records. Contrairement à l'arrivée des migrants sur les côtes. Il faut donc caser quelque part ceux ayant la chance d'arriver à bon port. Notamment dans des hôtels. Du coup, celui du gars affiche  désormais complet ! Et pour un bout de temps, car vu le flux incessant de réfugiés, le patron n'est pas prêt de retirer le panonceau de la porte d'entrée. Au fait, qui paie la note ? Les clients sont logés aux frais des contribuables italiens. Un puits sans fond.
Dominique Bré
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau