Condé en Brie : Sainte Geneviève, une patronne !

18 novembre 2013
Condé en Brie 

Les habitants du chef-lieu de canton n’avaient sans doute jamais vu un tel déploiement de forces de l’ordre au cœur de la commune ! Il faut dire aussi que la célébration de la Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie, est un moment fort pour les militaires qui, le temps d'une journée, se retrouvent pour partager entre eux un moment de convivialité. Ce fut donc le cas samedi à Condé en Brie, pour les gendarmes des 6 brigades de l’arrondissement de Château-Thierry.
En l’église Saint Rémi, face à un parterre digne, humble, portant fièrement l'habit et le drapeau, l'abbé Henri Gandon a officié avec la participation de nombreux volontaires accompagnés par l’Harmonie de l’Union Musicale de Château-Thierry. Le curé de la paroisse Notre Dame des Trois Vallées a, comme à son habitude, mêlé amour et humour au cours de la cérémonie.
Après la messe, porte-drapeaux, officiers, sous-officiers, hommes du rang, familles, amis et élus ont constitué un imposant défilé. Celui-ci, rondement mené par l’Union Musicale, s’est dirigé vers la salle intercommunale où un vin d’honneur était servi par la municipalité Condéenne pilotée par le nouveau maire Françoise Laurent.
Avant de goûter aux excellents petits fours et à la pétillante boisson locale, les participants ont tout d’abord applaudi chaleureusement les 6 militaires félicités par le colonel Carlos Mendes, le «patron» des gendarmes axonais. Après les félicitations, place aux discours !
Le capitaine Franck Ventribout, à la tête d’un contingent d’environ 80 hommes répartis dans les brigades de Château-Thierry, Charly sur Marne, Condé en Brie, Fère en Tardenois, Neuilly Saint Front et La Ferté Milon a dressé le bilan de l’activité du groupement depuis le début de l’année 2013. «La somme des sacrifices individuels, du travail collectif, de votre engagement et de votre sens du devoir du service public a permis de donner des résultats encourageants» a indiqué celui-ci. Des chiffres, meilleurs que la moyenne nationale, ont été dévoilés par le capitaine. Un bémol toutefois, puisque ces derniers sont remis en cause par une très forte hausse des cambriolages. «Nous avons constaté 37 cambriolages depuis le début du mois. Soit une hausse de 108% !» a déploré le commandant de la compagnie. «La difficulté de notre mission que nous avons tous choisie doit nous conduire, si nous voulons réussir, à travailler ensemble en bonne harmonie et à maintenir notre cohésion et le respect des autres. C’est cela notre force.» a conclu Frank Ventribout.
Le colonel Carlos Mendes a évoqué, lui, les moyens. «2014 sera encore une année difficile nécessitant de notre part beaucoup de discernement dans l’emploi des moyens disponibles et une attention de tous les instants. Un véhicule accidenté risque de ne pas être remplacé» a-t-il souligné. S’agissant des effectifs, «Ils ne devraient pas diminuer grâce à l’arrêt des suppressions de postes. L’objectif sera de maintenir les effectifs actuels car le département ne sera pas prioritaire pour l’affectation des quelques postes qui seront crées en 2014» a poursuivi le colonel. Celui-ci a terminé son propos sur la vigilance citoyenne. «Tout le monde doit être un réfèrent de la gendarmerie en développant un réflexe simple qui consiste à appeler le 17 dès que quelque chose est hors du commun» a conclu Carlos Mendes.
«Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage»

 Le député Jacques Krabal s’est adressé ensuite aux gendarmes en saluant la difficulté de leur travail et leur esprit de responsabilité. «Garantir l’ordre public, faire respecter les lois et assurer le bien-être d’autrui : votre tâche est ô combien ardue quand on voit les difficultés. Difficultés de la crise, du chômage, du repli sur soi, de la montée de l'égoïsme font que le sentiment d’insécurité est certes grandissant mais les habitants voient aussi des faits tels que les cambriolages se succéder» a martelé l’élu. Le parlementaire a également parlé gros sous. «Les difficultés économiques et financières du pays, le sur endettement accumulé depuis 30 ans fait qu’aujourd’hui les budgets sont difficiles. C’est en toute conscience qu’à l’Assemblée nationale, je vote ou je ne vote pas ! Je suis donc en opposition sur cette marche forcée qui fait que pendant 30 ans on n’a pas hésité à emprunter, à endetter -Droite, Gauche, Centre confondus- et qu’aujourd’hui, en quelques années, on doit remettre les comptes à l’équilibre avec toutes les coupes que cela entraîne partout. Je ne suis pas d’accord avec cette démarche» a asséné Jacques Krabal. «Nous sommes dépendants de l’Europe, de la technocratie européenne et des marchés financiers. Aujourd’hui, l’action politique doit reprendre les marges de manœuvres, sinon cela va être la catastrophe !» a-t-il poursuivi.
Qu’il soit sur les bancs de l’Assemblée ou sur le terrain, le député de la 5ème circonscription de l'Aisne ponctue généralement un discours en évoquant Jean de La Fontaine. Cela a été encore le cas lors de cette Sainte Geneviève.Revenant sur l’excellent travail qui prenait souvent du temps effectué par les militaires, Jacques Krabal a terminé sur cette maxime du fabuliste utile à la résolution des enquêtes : "Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage".
La sous-préfète Virginie Lasserre a clôturé les allocutions en citant en préambule une phrase du Ministre de l’Intérieur lors de son discours aux forces de sécurité, le 30 septembre dernier : le long terme et l’instant. "C’est ce que vous devez concilier. L’exigence de vos métiers mais aussi leur utilité pour notre pays» a -t-elle indiqué à l’assistance. «La gendarmerie se doit de développer une communication moderne avec le public. Un pas décisif a été franchi avec la pré-plainte en ligne. Il faudra développer d’autres outils renforçant les liens de proximité avec le public. Internet et les réseaux sociaux offrent des perspectives qui devront être apprivoisées davantage» a poursuivi Virginie Lasserre. Une bonne nouvelle peut-être pour la compagnie de gendarmerie de Château-Thierry à quelques semaines de Noël. En effet, la sous-préfète a annoncé que des arbitrages nationaux de fin de gestion budgétaire 2013 viennent de se traduire par des dégels de crédits, notamment pour la gendarmerie nationale. «J’espère que ces dégels pourront avoir quelques conséquences sur les budgets au quotidien de la compagnie sur l’arrondissement» a-t-elle indiqué. Virginie Lasserre est revenue sur les cambriolages en mettant en avant une étude portant sur la période 2007-2012 et montrant que ceux-ci sont, à eux seuls, responsables du tiers de l’augmentation du sentiment d’insécurité en France. Un plan départemental ciblant la lutte contre les cambriolages va être mené. «Dans une société qui manque parfois de repères, dans laquelle la violence, la criminalité et la délinquance minent notre pacte social, l’uniforme que vous portez et les missions qui sont les vôtres incarnent plus que jamais les valeurs d’appartenance à une Nation solidaire».Telle a été la conclusion de la sous-préfète Virginie Lasserre en cette belle célébration de la patronne de la gendarmerie.

Dominique Bré
Crédits photos : Dominique Bré / Henri Gandon 

Ajouter un commentaire