Et le serment d'Hippocrate bordel !

5 février 2015

Monsieur K... est bien ennuyé : son médecin vient de prendre sa retraite et, comme aucun remplaçant n'est venu compenser ce départ, il doit se mettre en quête d'un nouveau praticien...
Naïvement notre homme s'est plongé dans l'annuaire et a pris contact, selon divers critères comme la proximité par exemple, avec plusieurs docteurs persuadés qu'ils seraient tous enchantés de l'accueillir dans leur cabinet... Désillusion : ils sont saturés et n'envisagent pas un seul instant de rajouter un nouvel élément à leur clientèle !
Nullement découragé monsieur K... s'est tourné vers la Sécurité Sociale (après tout c'est cet organisme qui demande à tout un chacun d'être suivi par un médecin référent) mais nouvelle déconvenue : la Sécu se contrefiche des aléas de la disponibilité médicale, ce n'est pas son problème et il appartient à chacun de se débrouiller pour trouver le professionnel qui prendra en charge ses éventuels soucis de santé.
Tout n'est pas perdu se dit monsieur K... allons frapper à l'huis du Conseil de l'Ordre qui pourra sans doute m'indiquer à quelle porte sonner : pas du tout, cette organisation professionnelle est bien consciente du désarroi des patients orphelins de leur médecin mais elle n'a pas le pouvoir d'y remédier...
ALORS KESKONFAIT ??? On prie le Bon Dieu de ne pas tomber malade ou on force la porte du premier cabinet médical venu pour s'y faire soigner en répondant au médecin qui a déclaré « ne pas être là pour suppléer aux défaillances de ses confrères » (authentique) que « on n'a rien à foutre de ses états d'âme et qu'il est là pour faire son boulot »
Tiens docteur(s) et si on relisait le serment d'Hippocrate !!!
Jacques Gille

Commentaires (1)

1. Pivoine 51 09/02/2015

Et après on nous brandit l'unité nationale à tous les coins de rue.
Quelle foutaise !!!!!!
Les toubibs sont devenus de vrais fonctionnaires.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau