A la rencontre de Greenfield

Château-Thierry
17 juin 2010

Usine Greenfield à Château-Thierry « On à construit Greenfield à Château-Thierry parce que personne n'en voulait ailleurs ! » c'est le sentiment qu'exprimait l'un des rares participants à la réunion initiée par la municipalité suite à une pétition dénonçant les nuisances olfactives générées par cette usine implantée sur la zone industrielle de Château-Thierry.

Rappelons que l'entreprise, qui emploie 85 personnes, traite quotidiennement 600 tonnes de vieux papiers ce qui se traduit par la fabrication de 400 tonnes de pâte à papier le reliquat de tonnage, soit 200 tonnes, étant composé en majeure partie de boues de désencrage recyclées dans l'agriculture ou la briqueterie et qui sont, en partie, à l'origine des effluves peu agréables qui se dégagent selon la nature du papier traité, d'une part, et des caprices de la météo d'autre part.

Des nuisances que l'entreprise prend particulièrement en compte depuis l'an 2000, comme l'a rappelé à l'assistance l'un de ses dirigeants au cours d'une explication un peu trop longue et surtout trop technique, en réduisant au maximum la stagnation de ces boues et des eaux usées qui découlent des différentes phases du process mis en oeuvre et en effectuant depuis 2009 des essais visant à trouver un traitement anti-odeur efficace, ce dernier point n'ayant, du moins à ce jour, pas semblé évident à certains castelthéodoriciens présents dans la salle et qui souhaitent, au plus vite, pouvoir respirer car comme le faisait remarquer l'un d'entre eux « on recycle le papier c'est bien mais il faudrait également recycler l'air qui en découle ».

A quand une usine de traitement de l'air vicié ?

Jacques Gille
Crédits photos : Jacques Gille

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau