les collégiens au Mont Valérien

  22 juin 2011

Mont Valérien

 Mont-Valérien, les 26 et 27 mai 2011.

 Après une année de participation aux commémorations patriotiques dans  leurs villes et villages et à des travaux historiques, les élèves de 6ème et 5ème SEGPA du collège Jean Rostand accompagnés de leurs aînés de seconde 4 du lycée Jean de La Fontaine visitaient un haut lieu de la mémoire nationale: le MontValérien.  Ils purent ainsi, sous la houlette d'une guide, refaire un parcours chargé d'Histoire: la chapelle où les résistants attendaient leur exécution, la clairière des fusillés où trois élèves dirent des poèmes en l'honneur de ces hommes courageux. Enfin, au terme de la visite, ils descendirent dans la crypte où reposent les corps de résistants célèbres dont une femme: Bertie Albrecht.La visite se termina par l'ouverture du livre d'or signé par le Général de Gaulle. Le lendemain, tous étaient reçus en Mairie de Château-Thierry après une cérémonie au monument Jean Moulin en présence de nombreux porte-drapeau, de M. le SOUS-PRÉFET Elbez, de M. le Maire Jacques Krabal, du président départemental de l' ANACR, M. Robert Foreau-Fénier, de la présidente de l' ADIRP, Mme Catherine DIGARD. Avec leurs autres camarades des collèges et lycées de Château-Thierry participants au concours national de la Résistance et de la Déportation, ils recevaient une récompense pour leur investissement.

Steve : Dans la clairière des fusillés, avec Charles, nous avons lu le poème intitulé « Poteau des Fusillés » de Claude Ducreux ancien Résistant. J'avais le trac, car c'était la première fois que je lisais devant tant de camarades un texte aussi émouvant. Ce poème décrit la souffrance physique de ces hommes passés par les armes. Face à la mort ces martyrs firent preuve d'un courage exceptionnel « pour qu'éclate la lumière. »

Nicolas : Je m'étais placé devant la Cloche pour lire le poème «Bonheur à Tous » en hommage à Missak Manouchian et à ses camarades F.T.P. M.O.I.Ce groupe est connu car c'est celui de l'affiche rouge dont Louis Aragon fit un poème chanté par Léo Ferré. Cette cloche muette où sont inscrits les noms de plus de mille fusillés est le symbole de la Liberté qui résonne aujourd?hui pour nous.

 Thomas P : Sur le Mont Valérien, nous avons découvert une croix de Lorraine géante, une flamme, douze hauts- reliefs, une énorme cloche, des cercueils, des poteaux de fusillés, une chapelle.La flamme représente la Résistance, elle ne s'éteint jamais, elle est ravivée tous les dix-huit juin. Les hauts-reliefs symbolisent la Guerre, les camps, la Marine, la Souffrance.

Larry : Une cloche sans battant qui ne sonne pas, rappelle les noms de tous les fusillés classés dans l'ordre chronologique des exécutions Le sculpteur a choisi la cloche car elle est tout à la fois, l'alerte, le glas, l'annonce de la fin de la guerre, la victoire, le temps qui passe, le ralliement.

 Gwendoline : J'ai été choquée parce que l'on transportait vers les cimetières autour de Paris, les corps des fusillés dans des boîtes qui étaient réutilisées.

Charles : C'est dans la chapelle du Mont que Missak écrit sa célèbre lettre à Mélinée. Le passage: « Je meurs sans haine pour le peuple allemand» me touche énormément car Missak fait preuve d'un courage héroïque. Il est fier d'avoir accompli son devoir.

 Kyliann : Les lettres d'adieu des condamnés à leurs familles m'ont beaucoup touché. Près de la mort ils écrivent : « fais ta vie, oublie-moi, donne mes habits à mon petit frère, pense à réclamer ma pension militaire ! » C'est la preuve qu'ils pensent aux autres avant de penser à eux-mêmes.

 Stéphane : Les poteaux hachés par les balles allemandes montrent la violence subie par les fusillés.

Texte et Photos  Marie Ange Laye,des élèves et Pierre Bernard

p

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau