Le vent de la moisson murmure à l’oreille du silo

 

25 juillet 2013
Artonges

 

A Artonges, la masse imposante du silo Soufflet Agriculture est un repère visuel au pied de la route départementale. Construit au début des années 80 en acier puis ayant fait l’objet quelques années plus tard d’un agrandissement en béton, ce silo à grain est niché dans un vallon où se côtoient rectangles de cultures et pentes boisées.

Filiale du groupe Soufflet -premier collecteur privé français de céréales et d’oléagineux- Soufflet Agriculture dispose ici d’une structure d’une capacité de 43 500 tonnes. Toute l’année, différents types de céréales sont réexpédiés à destination de clients meuniers et amidonniers français et européens. «Nous traitons 100 000 tonnes de grains par an» précise Benoît Vizard, responsable du site.

La moisson 2013 a démarré il y a une semaine avec le fauchage de l’orge, grain appelé aussi escourgeon et utilisé par les brasseurs. Camions et tracteurs agricoles lourdement chargés déversent chaque jour cette céréale provenant des fermes ou petits silos environnants dans des cellules. Dès l’arrivée des bennes, les collaborateurs de Benoît Vizard s’attèlent à différentes tâches telles que la pesée du chargement, la détermination du taux d’humidité et de protéine ainsi que du calibrage de la céréale. La surveillance des cellules du silo est également une mission des agents au quotidien. Ici, la poussière à l’intérieur de la structure est un ennemi qu’il faut combattre tout au long de l’année. La propreté est d’ailleurs frappante lorsqu’on pénètre à l’intérieur du mastodonte. Une croix jaune est peinte sur le sol à chaque palier. «C’est notre signal d’alarme. Il y a danger si nous n’apercevons plus la croix» indique le chef du silo. "Le grain, circulant à grande vitesse, est assez agressif. Des micro fuites peuvent apparaître sur la tuyauterie. Alors comme chez vous, nous faisons le ménage chaque jour» poursuit-il.

Le silo Soufflet Agriculture est donc positionné près de la départementale 20 mais aussi de la ligne SNCF 22.2 : Mézy-Moulins - Artonges. Un temps fermée à la circulation du fret ferroviaire pour cause de vétusté, la voie a été rénovée en 2011 par Réseau Ferré de France (RFF). Cette rénovation a permis de pérenniser la ligne tout en contribuant au développement du transport de marchandises par le rail. En contrepartie à cette rénovation, Soufflet Agriculture s’est engagé à garantir un trafic sur cette ligne réhabilitée. «Nous tenons nos engagements ! Nous faisons rouler un bonne cinquantaine de trains chaque année» confirme Benoît Vizard.

Récemment, un convoi de 21 wagons chargés de maïs de la récolte 2012 a quitté le silo à destination d’un amidonnier du Nord de la France. 1 300 tonnes de grain ont ainsi transité par la ligne ferroviaire et non par la route. Pour information, un camion transporte 30 tonnes de céréales... Circulant à 20km /h, le convoi a mis environ 1 heure pour rejoindre Mézy-Moulins puis la ligne SNCF des trains Intercités et TER Champagne Ardenne.

Dans ce bourg du canton de Condé en Brie, Soufflet Agriculture assure donc la collecte, le stockage et la commercialisation des productions. Services, conseils, approvisionnements nécessaires à une production de qualité (engrais, semences, produits de protection des plantes) sont également fournis aux agriculteurs de la région, contribuant ainsi à l’amélioration de la productivité et à une meilleure rentabilité des exploitations.

Après la récolte de l’orge, le silo verra venir à lui dans quelques jours, des milliers de tonnes de blé. Toute l’équipe est déjà sur le pied de guerre pour une nouvelle campagne.
Dominique Bré
Crédits photos : Dominique Bré

Soufflet Agriculture en chiffres (du 1er juillet 2011 au 30 juin 2012*) :

Chiffre d'affaires

artonges.jpg

 

 

 

 

 

 


*Source www.soufflet.com

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau