UNE HISTOIRE DE SECURITE ROUTIERE

11 Janvier 2018

UNE HISTOIRE DE SECURITE ROUTIERE

Malgré l'opposition d'une majorité de Français, en dépit de la grogne de certains élus (parmi lesquels on compte quelques-uns de ces députés de la majorité présidentielle dotés d'une provision de cirage destiné à faire briller les escarpins de « not' bon maître »), sans tenir compte d'une expérience similaire abandonnée par le Danemark pour son inefficacité et en ignorant superbement qu'Outre Manche on compte moins d'accidents qu'en France en roulant aux alentours de 97 km/heure, le Premier Ministre a donc décidé qu'à compter du 1er Juillet nous devrons limiter notre vitesse à 80 km/heure dès lors que nous circulerons sur route secondaire !

Et de nous servir, la main sur le cœur, le couplet de la sécurité routière dont les sois disant spécialistes affirment que cette réduction de la vitesse évitera un certain nombre d'accidents et donc économisera autant de vies car il est prouvé que... bla bla bla !

Dommage quand même que notre cher Edouard semble oublier que la sécurité routière, dont il n'est pas question de remettre en cause l'importance, comporte d'autres problématiques comme l'état des voies de circulation dont l'entretien fait plus que laisser à désirer (voir la chaussée de la D 1003 du côté de Varennes pour ne citer que cet exemple), des routes surchargés de poids lourds dont la vitesse n'est pas toujours, loin de là, en conformité avec celle qui leur est autorisée. On pourrait également lui conseiller de se pencher sur le non respect des règles en vigueur de la part de quelques automobilistes (rarement sanctionnés car passant presque toujours hors des contrôles) qui ignorent les règles les plus élémentaires de prudence (dépassement sur un ligne blanche, ignorance de la priorité, etc...) mais il est vrai que le code de la route les ministres s'en fichent royalement puisque lors de leurs déplacements leur véhicule, souvent escorté de quelques motards, peut rouler à n'importe quelle vitesse (et même dans les couloirs d'autobus) sans craindre d'encourir les foudres de la maréchaussée ou la sournoise photographie d'un radar...

Vous avez dit radar ? Mais alors :

Les radars une pompe à fric ? Que nenni !

Les automobilistes des vaches à lait ? Vous plaisantez !

Tout cela on le fait pour leur bien mon bon monsieur et d'ailleurs si limiter la vitesse à 80 ne rapporte pas assez, je voulais dire ne donne pas de bons résultats (à chacun d'imaginer lesquels) on envisagera de descendre à 75 ou à 70 ou...  

Texte : Gilles Kappler

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau