7/01/2010 Les voeux, oui mais comment ?

7 janvier 2010

Claude David

Les vœux, oui mais comment ?

Voici venir la période des vœux, tout est chamboulé depuis l'internet. Comment souhaiter ses vœux ? C'est très simple pour les proches et assez proches, on les voit, on se la souhaite bonne et heureuse (et arrêtez de dire : « la santé surtout, le reste suivra », ça devient obsessionnel !)

Ensuite, il y a ceux, éloignés, et qui n'ont pas internet, en particulier les plus anciens et aussi quelques réfractaires. Faut faire la carte ! Et ne pas oublier, ce sont ceux qui attendent le plus, en général...

Puis ceux qui ont internet. Ah voilà des vœux qui ne coûtent pas cher ! Mais qui économisent le bois des forêts pour faire du papier aussi... et n'est-ce pas l'intention qui compte ?

Une petite chose m'agace : les vœux avec le service « dromadaire » et consorts : la carte virtuelle avec ou sans animation par internet qu'on ouvre à partir d'un site après le message « untel vous envoie une carte, bla bla bla... »

Une autre : les vœux collectifs : on est 150 à recevoir d'un coup des vœux complètement impersonnels : ça fait pas très plaisir. Puisque c'est si facile internet, prenons donc le temps d'écrire 3 lignes à chaque personne à qui l'on pense et à qui réellement on souhaite le meilleur...

Ah ! au fait, il reste le téléphone. Du coup de fil ordinaire au plus simple texto, c'est pas si mal !

En tout cas, n'oublions pas les basiques : après fin janvier, c'est trop tard, et mieux vaut ne pas attendre, d'une part. Et d'autre part : ce sont aux plus jeunes (je me répète) de souhaiter leurs vœux les premiers.

Un peu désuet la politesse ? Mais non, ce n'est pas de la politesse, c'est de la gentillesse, voyons, avec quelques règles de bienséance pour huiler le tout.

Claude David

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau