La Chapelle Monthodon : une parcelle de chaume part en fumée à cause d'un pyromane !

12 aôut 2015

Cette année, les feux de chaume se sont multipliés en ces périodes qui ont conjugué récoltes et fortes températures. Comme si cela ne suffisait pas, un habitant de ce bourg de l'ex-canton de Condé-en-Brie a mis volontairement le feu dans un chemin provoquant ainsi l'incendie d'une partie d'une parcelle de chaume jouxtant celui-ci.

Lundi en début de soirée, celui que nous appellerons Aurélien* a donc été vu en train d'allumer un feu chemin d'Evril. Les flammes se sont rapidement propagées au talus puis au champ de blé récolté il y a une quinzaine de jours, dévorant une superficie d'environ 2 ha. L'intervention des sapeurs pompiers a empêché que le feu n'atteigne le village tout proche.
Le lendemain mardi, toujours en début de soirée, cet odonien âgé d'une soixantaine d'années a récidivé en allumant cette fois-ci deux feux un peu plus en amont dans le même chemin. Battant le rappel, la réactivité d'un couple de jeunes odoniens ayant vu l'individu dans ses œuvres a permis que l'autre partie de la parcelle ne subisse le même sort. Appelés à la rescousse, des agriculteurs, dont l'exploitant de la parcelle, ont réussi à maitriser le début d'incendie.
200m avant l'entrée du chemin, le céréalier a croisé sur sa route Aurélien le pyromane qui rentrait chez lui d'un pas alerte, un briquet dans une main. Sans heurt ni violence, l'agriculteur a réussi à subtiliser le dit briquet au sexagénaire. Une plainte devrait être déposée par l'agriculteur à la gendarmerie de Condé-en-Brie. Les témoins accepteraient semble-t-il de déposer aussi.
Ce n'est pas la première fois qu'Aurélien fait parler de lui. En 2007, il avait été aperçu, vêtu de guenilles, déambulant dans une rue du village. Armé d'une faux, il avait croisé sur son chemin un enfant âgé de 7 ans, en pleurs et tétanisé à la vue du personnage. Ce fait-divers avait d'ailleurs fait les gros titres du journal l'union à la suite d'un courrier relatant la scène adressé par un riverain au Président de la République  ainsi qu'au Ministre de l'Intérieur de l'époque. Le Procureur de la République de Soissons devait, selon les dirigeants du pays, informer le riverain de la suite donnée à l'affaire. 8 ans après, le riverain attend toujours le moindre courrier. Le maire de la commune avait sollicité et obtenu l'internement d'Aurélien pour un séjour dans l’Établissement Public de Santé Mentale Départemental de l'Aisne situé à Prémontré.
En 2009, le mur d'enceinte du cimetière avait été éboulé sur une longueur de 5 m à l'aide d'une bûche de bois. A noter qu'il ne fallait pas être manchot pour effectuer une telle dégradation. Il faut dire qu'il n'est pas manchot, non plus... Bref, de gros soupçons avaient alors pesé sur cet homme vivant chez sa mère âgée aujourd'hui d'environ 85 ans. Mais sans témoin...
En 2014, une tombe avait été vandalisée. Un habitant avait bien vu Aurélien remontant du cimetière. Mais là encore...
Cette fois-ci, il y a du lourd ! Ce n'est pas qu'il soit méchant Aurélien. C'est juste pas bien rangé dans sa tête. Du coup, il est chiant. Mais là, c'est le coup de trop.
Dominique Bré
Crédits photos : Dominique Bré

*le prénom a été modifié.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau