Condé en Brie : des vœux en toute simplicité

20 janvier 2014
Condé en Brie

 Le rituel annuel des cérémonies de vœux dans les différentes communes du canton touche à sa fin. Vendredi soir à Condé en Brie, c’est Françoise Laurent qui s’est adressée à ses administrés. Le maire élu en octobre dernier par un conseil municipal redevenu complet, a salué d’une part, la mémoire de son prédécesseur Jacques Larangot et d’autre part, le travail de ceux qui avaient œuvré pour la commune.

 Eric Mangin, maire de Crézancy, Conseiller général du canton et président de la Communauté de communes du canton de Condé en Brie, de retour de cérémonies de vœux dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EPHAD) du canton a tenu, lui aussi, à rendre hommage au maire de la commune décédé en juillet dernier. «Ces derniers temps, nous n’avions pas une amitié proche sur un plan professionnel ; il n’en reste pas moins que ce fut un homme important pour le canton. Quelqu’un qui a su construire, quelque soit ses mandats, en pensant à son territoire, au sud du département dans sa globalité » a souligné l’élu. Eric Mangin a fait allusion au dernier message du Président de la République en déclarant que les collectivités locales allaient subir quelques bouleversements financiers mais aussi structurels. «Le partenariat entre les communes et la communauté sera dans les années à venir encore plus renforcé qu’il ne l’est aujourd’hui. Il faudra travailler ensemble pour être plus pertinents dans le cadre de la dépense publique» a-t-il dit. Ôtant sa casquette de Président de la 4CB pour mettre celle de Conseiller général, Eric Mangin a indiqué que malgré une manne d’argent arrivée récemment pour gérer sa partie sociale, le département se trouve lui aussi dans une situation très tendue. «Les dépenses sociales ne font qu’augmenter. RSA*, APA**, PCH*** : 3 domaines sociaux  sur lesquels le département a beaucoup de dépenses et sur lesquels il doit assurer les missions qui lui sont dévolues» a-t-il souligné. En entendant cela, on comprend mieux pourquoi les soucis de voirie départementale, rencontrés notamment par les habitants de La Chapelle Monthodon, ne sont pas  une priorité.

 L’an passé à la même époque il avait dit à Françoise Laurent, alors 1ère adjointe, qu’il reviendrait. Le député Jacques Krabal était donc là et c’est lui qui a clôturé la cérémonie. Le maire de Château-Thierry a participé lui aussi à l’hommage rendu à Jacques Larangot en rappelant qu’il avait été un «travailleur infatigable pour la commune de Condé en Brie, la commune de Baulne en Brie au début ; infatigable pour la communauté de communes, pour le Pays du sud de l’Aisne et un ardent défenseur de la ruralité, sans mettre de côté l’action qu’il a mené pour l’eau».

 «Vous faîtes honneur à la politique»

 Françoise Laurent ne sollicitera pas la tête de liste pour les Municipales en mars prochain. «Vous faites honneur à la politique. Vous avez rassemblé une équipe dans des conditions difficiles. Quand le maire emblématique de la commune avec une personnalité très forte vient de partir, ressouder, rassembler pour mieux servir les habitants de Condé en Brie est un bel exemple que nous devrions suivre partout» a déclaré le  parlementaire en s’adressant au maire du chef-lieu de canton. «Ce qui fait la qualité des actions, ce ne sont pas les idées politiques. C’est la qualité des hommes ou des femmes, bien sûr. La détermination à servir non pas un parti politique mais le territoire. Il faut que les politiques se remettent en cause. C’est scandaleux ce qui se passe au plus haut niveau de l’Assemblée Nationale, le mardi ou le mercredi. Ce n’est pas digne d’une grande démocratie, de la République. Quand on est dans l’opposition, on soutient des points de vue ; on arrive dans la majorité, on soutient des points de vue inverses. Comment voulez-vous que les habitants s’y retrouvent ? Entre 2 élections on doit être en capacité de se rassembler pour la vie des gens» a poursuivi un Jacques Krabal, remonté comme une pendule !

 «Je ne suis pas un député béni-oui-oui, ou qui a la main sur la couture du pantalon»

 Évoquant le pacte de responsabilité annoncé par le Chef de l’Etat, le député a proposé de faire les États généraux des charges. «Il faut soutenir les entreprises à travers l’abaissement des charges à partir du moment où celui-ci ne contribuera pas ni à baisser les salaires ni à annihiler la couverture sociale des habitants. J’essaie de faire part de ce point de vue. Je ne suis pas un député béni-oui-oui ou qui a la main sur la couture du pantalon» a martelé le parlementaire. Ce dernier a écrit il y a quelques temps au Président de la République ainsi qu’au Premier Ministre pour leur dire son désaccord. Le député souscrit à la remise en cause du politique à partir du moment où le citoyen s’investit dans la vie publique. «Ce qui est inadmissible aujourd’hui, c’est le désintérêt. On critique, on ne propose pas. On ne s’implique pas dans la vie. Y a qu’à, faut qu’on : hé bien ça va ! Il faut que les citoyens prennent leur avenir en main. J’ai raconté l’histoire des chats et des souris. Il faut que les souris aient envie de participer à la vie collective» a conclu Jacques Krabal.

 Comme à l’accoutumée à Condé en Brie, excellents petits fours et boisson pétillante locale furent ensuite servis à l’ensemble de l’auditoire.
Dominique Bré
Crédits photos : Dominique Bré

 

*RSA : revenu de solidarité active

**APA : allocation personnalisée d’autonomie

***PCH : prestation de compensation du handicap

 

 

 

 

Ajouter un commentaire