Sortie des artistes

13 novembre 2013

Qui va piano va sano à la fermeture du couvercle du clavier. Chopin, Litz et Debussy doivent se retourner dans leur tombe ! La manufacture de pianos Pleyel située à Saint Denis en banlieue parisienne, devrait baisser le rideau devant l’indifférence générale. C’est clair que la mise à la porte de 14 salariés ne va pas mobiliser grand monde. Le préfet du 9-3 n’aura qu’à signer 14 emplois d’avenir et roule bouboule ! Ça fera la rue Michel.

Il paraît que chaque pièce de piano demandait 4 mois de boulot. A ce rythme là, fallait pas être pressé pour jouer dessus. Sans compter qu'à la fin, la note devait être salée ! Ça me fait penser aux ébénistes du Faubourg Saint Antoine à Paris dans les années 80. Au fond des cours ou des passages, à l’abri des regards, ils réalisaient des merveilles exposées ensuite en vitrine à l'admiration des passants. Eux aussi, chaque jour, ils montaient en gamme.

Pianos, meubles, on préfère maintenant le mélaminé plutôt que le poli et le ciré.
Dominique Bré

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau