Un axonais en Californie saison 3

Air bus d'Air FranceVue de la Baie de San Francisco1er jour :

 Sécurité et prise de tête

 

Ce n’est certainement pas au dernier moment qu’il faut se décider pour un voyage vers le pays de l’oncle Sam : il faudra d’abord avoir des passeports en bonne et due forme dont la date d’expiration doit devancer de plusieurs mais celle de votre voyage. Ensuite vous prendrez votre réservation sur internet pour un aller-retour d’un voyage n’excédant pas 6 mois.

 

Les Français sont exemptés de visa, chouette ! Mais il faudra remplir une demande d’autorisation E.S.T.A. (Electronic System for Travel Authorization) par personne, sur internet. Dans les 72 heures, on vous répond que vous avez l’autorisation de vous rendre dans la première puissance du monde… ou (comme pour moi) on vous dit que vous n’avez pas l’autorisation, on étudie votre cas et cela n’est pas à considérer comme un refus. Une légère inquiétude me saisit : et si je n’avais pas cette autorisation alors que mon épouse l’a et que nous avons nos réservations, payées ? Mon autorisation arrive enfin quelques jours plus tard, ouf.

MosaÏque dans l'aéroport de San Francisco

 

Ensuite, alors que nous pensions être tranquilles, on nous envoie un autre formulaire à remplir, le « Family Act », celui là n’est pas nouveau et personne ne nous le demande jamais, paperasse inutile. On croyait en être quitte mais jusque dans l’avion il faut remplir encore une fiche pour la douane, qui demande entre autre si nous n’avons pas visité une exploitation agricole. Quelle blague, on était dans les vignes hier encore ! Les américains sont obsédés par la peur du virus étranger, de la bactérie qui va infecter leur beau pays tout bien propret…


Plan de la baie de San Francisco2ème jour :

 Fichés à mort

 La douane américaine à l’aéroport de San Francisco nous prend maintenant nos empreintes, 4 doigts et pouce séparés pour chaque main sur un genre de tablette vidéo et une photo du visage. Les questions rituelles : « Combien de temps restez-vous ? Où allez-vous ? In english please. Une fois, lors d’un séjour précédent, au lieu de dire quinze jours, j’avais dit quinze ans, oh moi vous savez, fourteen years, fourteen days…

 On sent le pâté ?

 

Cette année, tous sympas les douaniers. Sauf un. Celui qui d’un geste sans équivoque nous envoie direct au contrôle valise. Et voilà que nos affaires repassent une par une dans la machine de détection, comme avant l’embarquement en France. A la sortie, une valise est écartée par une douanière : fouille ! Une autre employée, gantée, avec un grand sourire : « français ? » et (sic) « pas de fromage ? Pas de pâté ? » « Non ! Non ! ». Elle nous fait ouvrir la valise suspecte : des légos pour notre petit fils, des fringues, des chocolats, deux bouteilles de Champagne. Elle rigole. Puis elle tombe sur 2 petits sachets : « What is this ? » Des épices, du sel de Guérande… Bon, elle est ok, elle nous félicite le pouce en l’air de notre loyauté.

                                                                                                                                 Page suivante

Commentaires (1)

1. Tarik 14/06/2011

Salut Claude,

Je ne te cache pas que ça ne donne pas envie de partir aux U.S.A.

@ Bientot..........Tarik.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau